Paysages Transfrontaliers est le fruit d’un constat, celui de la méconnaissance de la substance des frontières de son pays, qui a conduit Florian Maurer à développer une photographie de paysage suivant un protocole établi. Sous la forme de diptyques, ces images ont pour vocation, de documenter certes les paysages mais aussi le non-perceptible en le rendant présent grâce à la photographie et à sa mise en espace. Ainsi, cette série peut-être perçue suivant deux sens de lecture. Le premier se focalise sur une représentation esthétique du paysage, tandis que le second questionne l’absence et le vide mis en œuvre par le protocole de prise de vue et le dispositif d’accrochage, créant une tension dans le paysage.
Paysages Transfrontaliers questionne, ainsi, sur la délimitation physique de la France. Où, la frontière est-elle très précisément ? C’est en créant des diptyques et la ligne blanche séparant les deux images que Florian Maurer vient re-matérialiser visuellement la frontière, portant la réflexion sur ce qui est infini et que l’on tente de borner.